http://www.jevis-bio.fr - Nos magasins bio en Alsace 

BIO

La Maison Vitale - Vivre Bio

 
VIVRE BIO 
Esprit Bio depuis 1981 
   
> Je Vis Bio > Interview avec le concepteur Jean-Maurice Gabory



Feuille Bio verte Interview Jean-Maurice Gabory (concepteur des distributeurs de produits)
Trait Bio vert

Jean-Maurice Gabory est le concepteur et le réalisateur d'un très prometteur distributeur de produits liquides en vrac. C'est une révolution : avec un distributeur aussi abouti techniquement, la distribution de produits liquides en vrac pourrait véritablement gagner ses lettres de noblesse et peut-être même devenir un phénomène de société.
Jean-Maurice Gabory



Pour nous permettre de mieux comprendre, Monsieur Gabory à pris le temps de répondre à quelques  questions :

La Maison Vitale : Votre distributeur se trouve à la jonction d'une technicité élevée et d’un monde bio parfois quelque peu rustique. Qu'est ce qui explique cette rencontre ?

Jean-Maurice Gabory : C'est le fruit d'une éducation et d'un parcours professionnel. J'ai grandi avec les valeurs de la bio et la première d' entr’elles,  est le respect de notre planète.

J'étais destiné à travailler dans le secteur de l'écologie, mais des rencontres et des passions m'ont dirigé vers les technologies. J'ai travaillé pendant 20 ans avec les bureaux d'études et les ateliers des entreprises industrielles françaises. J'y ai appris des techniques, des savoir-faire, mais aussi la passion de créer et d'innover. La connaissance de la nature est complexe. La technologie est semblable. Mais c'est la technologie qui s'inspire de la nature et pas l'inverse. Alors si nos connaissances techniques peuvent nous permettre de mieux respecter la nature et progresser dans la démarche écologique, allons-y !

Distributeur produits bio
Distributeur Bio


La Maison Vitale : À notre connaissance, votre "machine" est sans équivalent en Europe - l'Allemagne de la machine-outils y comprise - voir dans le monde. Sans que votre modestie ai à en souffrir, pouvez-vous nous confirmer ce point ?

Jean-Maurice Gabory : La difficulté est de concevoir un système cohérent.  Il doit répondre aux exigences de tous les protagonistes de la vente des produits en vrac : les producteurs, les magasins et les consommateurs.

Il est un fait qu’aucun système ne remplissait jusqu’ici parfaitement cette équation. Il fallait inventer un système totalement fiable en terme de sécurité, de performance de remplissage, de facilité de gestion du rayon, de rigueur sanitaire et d’ergonomie et que ce système soit le plus simple possible d’utilisation car dans tout concept la prouesse réside dans la simplicité, c’est ce que 3JD a réussi à faire en proposant une solution plus avancée.

La Maison Vitale : L'univers de la bio vous semblait-il être la voie "naturelle" pour la distribution de produits liquides en vrac ?

Jean-Maurice Gabory : Cependant le monde BIO n’est pas le seul concerné. L’enjeu de la vente en vrac dépasse de très loin le monde BIO.

Si l’on veut des résultats significatifs, il faudrait dans l’idéal que tous les secteurs vendent les produits en vrac afin de réduire les emballages et la consommation d’énergie au maximum. Mais cela serait un monde idéal… Oui bien sûr, il est de la responsabilité du monde BIO, d’initier cette démarche. Si le monde BIO ne le fait pas qui le fera ?

La Maison Vitale : Pensez-vous  que votre distributeur peut véritablement révolutionner la distribution de biens courants liquides, y compris en- dehors de la bio ?

Jean-Maurice Gabory : Révolutionner c’est le mot, car  la distribution des produits conventionnels n’est pas sensibilisée à la réduction des déchets, contrairement aux consommateurs. Ce serait donc une révolution pour eux. Par ailleurs nous sommes au début des développements permis par ces techniques de distribution. Alors tout est envisageable.

Et puis au-delà de la réduction des déchets, la distribution en VRAC représente de nombreux bénéfices économiques sur toute la chaîne, du producteur au consommateur, et en temps de crise, c’est le consommateur qui décide.

La Maison Vitale : Avez-vous déjà songé à calculer le tonnage représenté par les emballages épargnés dans le cas où un certain pourcentage de la consommation mondiale de produits liquides venaient à basculer vers le vrac ?

Jean-Maurice Gabory : Oui des calculs ont été faits en France comme à l’étranger (Italie). Selon leur regard -  industriels, collectivités, distributeurs - les résultats sont différents.
A l’évidence, cette initiative génère de grosses économies.

En faisant un calcul rapide sur une communauté d’agglomération de 100000 habitants, si nous divisions nos déchets plastiques par 5, ce qui reviendrait à utiliser un emballage 5 fois, l’économie de déchet serait la suivante :

Déchets plastiques = 13% de nos déchets globaux
Déchets globaux = 396 kg/an et par habitant
Donc  100000*396*13%/5 = 1029600kg

soit pour une commune de 100.000 habitants, 1029,60 tonnes/an de déchets en moins à collecter et à recycler, sans compter l’économie d’énergie en amont (lors de la fabrication des emballages et leur transport).


 
Accès direct au site de Strasbourg - Vendenheim - Marlenheim